Top

Collages Hannah Höch (1889-1978)

HHheader

 

Du 8 octobre au 13 novembre 2005, à la Maison de la culture Côte-des-Neiges, deux expositions étaient offertes côte-à-côte. La première, Collages Hannah Höch (1889-1978), était une initiative de Louise Bédard Danse en marge de la série de représentations de Ce qu’il en reste, présentée à l’Usine, C du 25 au 30 octobre 2005. La seconde, intitulée Savants, monstres et voyageurs… Collages et amalgames contemporains. était une initiative de Luce Botella, agente culturelle à la Maison de la culture Côte-des-Neiges, et de la commissaire Lucie Bureau.


  NOTES DE LA COMMISSAIRE LUCIE BUREAU (rédigées en 2005)
Collages Hanna Höch 1889-1978

Les 31 tableaux collages réunis dans cette exposition sont mis en circulation par l’Institut für Auslandsbeziehungen (IFA) de Stuttgart. Cette sélection nous permet d’entrevoir qu’une infime partie d’un ensemble imposant de collages que l’artiste a réalisés sur plus de quatre décennies. Hannah Höch a dessiné, peint et fabriqué des objets mais c’est surtout le collage qui a parcouru son œuvre. Témoin d’une époque agitée, Hannah Höch considérait que son rôle d’artiste était d’enregistrer les événements et de les transmettre picturalement. Elle a créé à sa manière de véritables annuaires visuels analogues à la confusion sociale et politique qui a précédé et suivi les deux guerres mondiales en Europe. L’actualité des œuvres est explicite par l’usage de documents dont les origines peuvent être retracées dans les journaux et les magazines de l’époque. L’agencement des extraits de ces documents visuels ordonne la composition soit vers le commentaire social et politique soit vers l’expérimentation formelle. Les œuvres composées au moyen d’extraits de magazines, de prospectus, de photos originales et de papier couleur proposent, sous un apparent désordre, un regard lucide et efficace de son temps. Si les historiens d’art ont d’abord retenu la période dada de son œuvre, il n’empêche que sa production artistique, surtout les collages, s’est échelonnée jusqu’aux années 1970. Il convient donc d’aborder l’ensemble de son œuvre avec souplesse pour saisir toute la cohérence interne qui parcourt ce corpus imposant de tableaux collages.


Qui est Hannah Höch ?

Hannah Höch (1889-1978) est née à Gotha en Allemagne. Elle quitte le noyau familial en 1912 pour entreprendre des études à l’École des Arts appliqués de Berlin. Elle s’intéresse tout particulièrement au design graphique, à la calligraphie et au dessin. La Première Guerre mondiale qui éclate deux ans plus tard change sa conception du monde. Dès lors, sa vie s’imprègne d’une conscience politique, elle s’engage pendant quelques temps dans des organisations humanitaires, notamment dans la Croix Rouge internationale. Puis, en 1916, on la retrouve aux éditions Ullstein à titre de conceptrice et de dessinatrice. Elle dessine les broderies, les dentelles et les patrons de vêtements destinés à illustrer les chroniques des magazines féminins. En 1918, elle se rallie avec un groupe d’artistes autour des idées dadas récemment introduites à Berlin. Elle participe aux événements dadas en présentant des collages et des poupées dadas aux côtés des œuvres de Grosz, d’Hausmann, d’Heartfield, de Baader et de Mehring. Dans les années vingt, Höch délaisse le groupe dada pour fréquenter d’autres artistes, Schwitters, Mondrian, van Doesburg, Arp, Ernst et Dix. Bien que Höch ait gardé une certaine distance avec ce mouvement d’avant-garde, elle faisait partie des protagonistes dadaïstes berlinois. Et, paradoxalement, c’est par son affiliation à ce mouvement que son œuvre a été retenue par les historiens de l’art.


Savants, monstres et voyageurs… Collages et amalgames contemporains
You can add caption to pictures.

Qu’y a-t-il en commun entre Hannah Höch, Paul Lussier, Paul Lowry, Michele Peress, Suzanne BlouinGuy Mercier et Louise Bédard ? Ils collectionnent les images, ils assemblent, ils juxtaposent, ils manipulent, ils collent, ils construisent, ils déconstruisent le réel. Ils extraient, ils fragmentent, ils détaillent, ils dissèquent les images. Pour exprimer le monde, ces artistes ont emprunté l’une des avenues plastiques offertes par le collage et le photomontage. Même si les techniques ont évolué librement au delà des balises dressées par les cubistes, les futuristes, les dadaïstes et les constructivistes, il s’agit toujours d’une pratique qui intègre des matériaux et des fragments de photographies, de papiers, de découpures de journaux, d’extraits de magazines ou d’affiches, d’objets trouvés, de manière à former soit une image composite ou une forme plastique cohérente et organique.

Il est vrai qu’avec le développement des technologies et des logiciels le photomontage est plus que jamais un mode d’expression utilisé par les artistes. Dans l’exposition Savants, monstres et voyageurs…, tant la manipulation des matériaux que le geste créateur demeurent visibles. Nous ne voulons pas pécher par nostalgie, ni s’accrocher aux traditions il s’est tout simplement avéré intéressant de réunir ces œuvres à proximité de celles d’Hannah Höch.


Voir les collages de Louise Bédard

  Ce qu’il en reste – Hannah Höch

Ce qu’il en reste, œuvre de danse créée en 2005, fut inspirée par la surprenante Hannah Höch. Tout en travaillant à l’élaboration du spectacle, la compagnie s’est associée à l’Institut für Auslandsbeziehungen (IFA) et au Goethe Institut Montréal pour faire venir d’Allemagne l’exposition exclusive des 31 œuvres d’Hannah Höch. En complément de cet événement exceptionnel, et à l’instigation de cette même maison de la culture, la commissaire Lucie Bureau a réuni des œuvres de six artistes d’ici pour monter Savants, monstres et voyageurs… Collages et autres amalgames contemporain mentionnée ci-dessus. Cette seconde exposition, présentée dans la même salle, dans une section attenante, offrait aux visiteurs un pendant contemporain à l’univers des collages d’Hannah Höch.


Bannière > Collages de Hannah Höch
Diapositive 1 a, b, c, d, e, f,  g > Collages de Hannah Höch
Diapositive 2 a > Sculpture-collage de Suzanne Blouin
Diapositive 2 b > Collage de Paul Lussier
Diapositive 2 c > Collage de Paul Lowry
Diapositive 2 d > Collage de Michèle Peress
Diapositive 2 e > Collage de Guy Mercier
Diapositive 2 f > Collages de Louise Bédard

Toutes les photos sur cette page ont été prises par George Krump lors de l’exposition tenue du 8 octobre au 13 novembre 2005 à la Maison de la culture Côte-des-Neiges.