Top

Revue de presse

2015


CARTES POSTALES DE CHIMÈRE / REPRISE-PASSATION

VOIR LE DOSSIER DE PRESSE


CRITIQUES

« Portant une mémoire, elle devient autre : femmes multiples, langage dédoublé. Dans ses mouvements amples, elle traverse « des chimères » et nous présente des imaginaires dans une gestuelle maîtrisée. Les récits se superposent. Et la métamorphose devient un fil narratif. Qui est-elle, cette femme sous nos yeux? se demande t-on. Qui sont-elles? Elle vient chercher quelque chose de très profond dans celui qui la regarde. »

Élise Boileau, « États d’âme en voyage », Dfdanse, Vol. 15 No. 8, 28 février 2015.


« La puissance de ce solo réside beaucoup dans cette composition acharnée du geste, des attaques dans l’espace, du rythme. Le travail inhérent à la chorégraphie est très palpable, et je dois avouer qu’une telle proposition si développée et bien pensée dans le mouvement fait plaisir à voir sur la scène québécoise d’aujourd’hui. »

Rose Carine H., « Cartes postales de Chimère : Héritage », Les Méconnus, 2 mars 2015.


« En prenant à bras le corps ce sacré morceau chorégraphique, Isabelle Poirier et Lucie Vigneault sont époustouflantes l’une comme l’autre dans la reprise et l’interprétation de l’œuvre originelle. Désarmantes, elles se livrent sans répit durant l’heure entière de performance, méritant amplement leurs places dans le Panthéon Louise Bédard. »

Maud Mazo-Rothenbühler, « Rendons grâce aux FEMMES ! », Danscussion, 2 mars 2015.


« Sous l’apparence d’une danse très formelle qui oppose tension et relâchement, la chorégraphie de Bédard se montre très sensible. Même si le style de la musique et des costumes ancrent le spectacle dans les années 1990, Cartes postales de Chimère possède une force qui a traversé le temps et qui bouleverse encore autant le spectateur que lors de sa création. »

Sara Thibault, « Cartes postales de Chimère : la critique », Mon Théâtre, 1er mars 2015.


PRÉ-PAPIERS

« Cette transmission d’un corps à l’autre fait de Cartes postales de Chimère un legs à la communauté autant que le voeu d’une artiste. »

Frédérique Doyon, « La mémoire de la danse », Le Devoir, 21 février 2015.


« La recherche de Louise Bédard est vaste et ne s’arrête pas au mouvement. Passionnée par la photographie, sa scénographie est finement pensée et inspirée ; la danseuse est entourée par 173 portraits d’inconnus, suspendus en demi-lune formant une voûte, une «Voie lactée humaine». »

Élise Boileau, « Fulgurances de femmes », Dfdanse, Vol. 15 No. 7, 20 février 2015.


“Cartes postales unfolds in episodic passages that suggest a person buffeted by changing moods and circumstances. Sometimes the influences seem unclear, mysterious. Rather like life.”

Victor Swoboda, « Louise Bédard goes back to the future », Montreal Gazette, 20 février 2015.


« Qu’est-ce qu’une boîte chorégraphique? Quels en sont les enjeux pour la transmission d’une oeuvre et l’enrichissement du patrimoine québécois en danse contemporaine? Ce sont les questions abordées dans ce court documentaire qui s’intéresse à la construction de la boîte chorégraphique de Cartes postales de Chimère (1996) »

Vidéo. Réalisation : Dominique Bouchard – Circuit-Est centre chorégraphique, « Cartes postales de Chimère, c’est dans la boîte ! », Viméo, 25 février 2015.