Top

Elles

À la mémoire de Jean-Pierre Perreault

ELLES

Une production de Louise Bédard Danse, en coproduction avec le Théâtre La Chapelle

Moi je vois avec le bout de mes doigts
Ce que mes yeux palpent : ombres, monde.

— Octavio Paz

Elles reflétait le désir de Louise Bédard de s’inspirer des femmes artistes, issues de différentes communautés culturelles des années 1920-50. Cette pièce constituait le premier volet d’Itinéraires Multiples, un projet de Louise Bédard Danse s’échelonnant sur plusieurs années, qui se situe dans le prolongement d’œuvres précédentes, soit les portraits chorégraphiques féminins Braise Blanche (1990), Vierge Noire (1993) et Cartes Postales de Chimère (1996).

Elles a traduit la fascination de Louise Bédard de se nourrir, de s’imprégner d’une culture étrangère. Avec cette pièce, la chorégraphe portait un regard inspiré sur l’œuvre des femmes créatrices, en particulier sur celle de la photographe Tina Modotti. Le travail de cette artiste d’origine italienne, immigrée au Mexique dans les années 20, a particulièrement retenu l’attention de Louise Bédard pour les causes sociales, politiques et artistiques qu’elle défendait à travers son art. Subjuguée par son travail, la chorégraphe s’est inspirée de sensations et d’images que ses photographies suscitaient en elle, d’un parcours, d’une époque et d’un pays qui la fascinaient.

«Au départ de tout, j’ai voulu par le geste témoigner de toutes les femmes artistes qui nourrissent mon imagination depuis plusieurs années. Comme autant de voix intérieures, elles sont là dans l’entremêlement des mouvements de cette danse. Mais l’une d’entre elles, Tina Modotti, photographe d’origine italienne, qui a immortalisé le Mexique des années 20, s’est démarquée. Cette artiste a provoqué chez moi un déferlement d’images qui en fait la souveraine inspiratrice du trajet d’écriture de cette pièce. Elles est une danse du reflet, de mon regard remué par les hommes et les femmes, les objets et les mondes fixés sur la pellicule ultra-sensible d’une photographe au parcours exemplaire. Elles, à son humble manière, est l’écho de l’engagement artistique, social et politique de cette femme artiste d’exception.

Ces deux femmes qui sont, ici, devant vous, sont des complices intimes de cette plongée vertigineuse dans l’univers bouleversant de Tina Modotti. Dans ce dialogue croisé entre la danse et la photographie, entre les deux interprètes et une artiste d’une culture étrangère, les corps sont entraînés dans un mouvement tantôt emporté, tantôt retenu, oscillant entre la subtilité et la démesure du geste. La chorégraphie se lit comme un recueil de nouvelles se déployant en une suite ininterrompue de séquences d’images dansées.»

Louise Bédard

La première a eu lieu le 20 novembre 2002, au Théâtre La Chapelle, à Montréal.

En parallèle, la compagnie présentait une exposition des œuvres de Tina Modotti, mise sur pied par la commissaire Lucie Bureau. Cet événement photographique s’est déroulé à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal, du 8 novembre au 8 décembre 2002.


  CRITIQUES

L’interprétation est remarquable, époustouflante. Voir danser Louise Bédard est toujours bouleversant et elle est ici intense, fluide, forte, précise et pointue.»

Aline Apostolska, LA PRESSE, Montréal, Canada, novembre 2002

Extraordinaires de souplesse et de précision dans leurs mouvements, Bédard et Corriveau sont unies par une alchimie scénique. Leur danse talentueuse convient à la perfection au rythme de la composition chorégraphique.»

Philip Szporer, HOUR, Montréal, Canada, novembre 2002

Louise Bédard a une capacité extraordinaire à générer du mouvement qui plonge le spectateur au coeur de l’inconscient, de cette masse nébuleuse de peur, de gaieté, de fantasme et de conflit.»

Frédérique Doyon, LE DEVOIR, Montréal, Canada, novembre 2002

  VIDÉO

  AFFICHE

Elles (2002) - Louise Bédard Danse

  CRÉDITS

Chorégraphe

Louise Bédard

Interprètes

Louise Bédard
Sophie Corriveau

Conseillère artistique

Ginelle Chagnon

Film

Pierre Hébert

Musique

Ana Lara

Remixage et musique additionnelle

Michel F. Côté

Costumes et maquillages

Angelo Barsetti

Lumières

Sonoyo Nishikawa

Photographie

Angelo Barsetti

Durée : 75 min.