Top

Les Métamorphoses clandestines

Les métamorphoses clandestines

Louise Bédard pose ici un regard de femme sur les questions reliées à la masculinité.

Le quatuor masculin lui permet d’explorer un univers d’homme et d’en évoquer la vulnérabilité derrière les artifices. Un parcours sur le non-dit, sur les changements qui s’opèrent en chacun le long de couloirs mystérieux.

La chorégraphe s’inspire ici du livre de George Perrec, La vie, mode d’emploi, des nouvelles mythologies et des nouveaux rites.


Le point de vue féminin de Bédard sur les conflits masculins se révèle remarquablement lucide et pénétrant.  Elle crée une gestuelle riche et intelligente qui parle au-delà des mots.

THE GAZETTE, Montréal, Canada, 1992

L’originalité des gestes que les danseurs interprètent accuse une compréhension de l’énergie masculine au-delà des stéréotypes.

VOIR, Montréal, Canada, 1992

Louise Bédard possède une puissance évocatrice à laquelle n’échappe pas l’originalité des formes, et si elle sait faire en sorte que le corps sache habiter autour de lui l’espace, elle réussit en plus à transmettre en toute subtilité une grande richesse de sensations… Les mouvements s’imprègnent de liberté comme une ouverture vers le monde qui l’environne.

VOIR , Montréal, Canada, 1991
AFFICHE

Metamorphoses Clandestines (1991) - Louise Bédard Danse

CRÉDITS

Interprètes

Marc Boivin
Paul-André Fortier
Luc Ouellette
Harold Rhéaume

Musique originale

Robert M. Lepage

Scénographie

Louise Bédard
Marc-André Coulombe

Costumes

Marc-André Coulombe

Maquillage

Angelo Barsetti

Lumières

Stéphane Mongeau

Photographie

Yves Dubé

Durée : 60 min.